À la Une

Chronique 4 : Porter sa voix, s’affirmer par la parole, de Stéphane de Freitas

Quatrième livre. Quatrième semaine déjà. Je suis vraiment heureuse de lire chaque jour. Je sens que j’enrichis mon esprit, mes perspectives, mes connaissances. L’ouvrage dont je vais vous parler aujourd’hui est un superbe ouvrage : complet, riche, pratique. Et j’en ai énormément entendu parlé. Et en bien. Il s’agit de l’ouvrage de Stéphane de Freitas : « Porter sa voix ».

Quelques mots sur l’auteur, en préambule. Lire la suite

Publicités
À la Une

Chronique 3 : Des larmes au succès, de Marianne WILLIAMSON

Ta-dam ! Troisième livre déjà. Je ne sais pas si je peux parler de synchronicité, mais je dois dire qu’à plusieurs reprises je suis tombée en surfant sur YouTube, ou sur Amazon sur des propositions de vidéos, puis d’ouvrages de Marianne WILLIAMSON. Ce nom me semblait familier. Mais sans réelle certitude. Mais, en tapant son nom dans Google , je découvre que les mots suivants (relatifs à notre peur la plus profonde) sont les siens. C’est alors que naquit en moi la conviction d’avoir découvert une auteure inspirante. Lire la suite

À la Une

Les affres de celui qui écrit

Il se tient là sagement sur le bureau de mon ordinateur, depuis des mois. Il attend que je le considère. Il attend que je vive notre histoire, que je la prenne à bras le corps, que je la porte à son plus beau niveau. Je l’ouvre, je le relis à mes heures perdues. Ce bébé. Ces quelques lignes couchées pourtant avec enthousiasme, joie, conviction. Mais je n’arrive pas à l’abonder, à le poursuivre, à l’apprivoiser. Un peu comme si j’avais fait une belle rencontre et que je ne manifestais que quelques parcimonieux, et sporadiques signes d’intérêt à la personne, de temps à autre, en dépit de mon désir de construire. Lire la suite

À la Une

Chronique 2 : S’organiser pour réussir, Getting Things Done de David ALLEN

Septembre était à peine entamé que je croulais devant la somme considérable d’engagements qui s’invitaient chaque jour dans mon agenda, mon quotidien. Au bureau, à la maison, les choses ne semblaient pas en place, les post-it qui ornaient mes écrans n’avaient plus de signification. Il m’arrivait aussi de reporter de semaine en semaine certains rendez-vous : ophtalmologue, dentiste, et de rater quelques belles sorties : expositions… Lire la suite

À la Une

Mon avis sur « Père riche, père pauvre »

Il est vrai qu’en voyant le titre, (je me suis dit « what about ??!!») j’ai eu quelques secondes de recul. Je me suis dit « tiens, tiens, une énième opposition riche/pauvre ». Plusieurs remarques, questions ont alors fusés dans mon esprit : « beaucoup de riches ont été pauvres, et certains pauvres peuvent tout autant devenir riches. Et à quel moment sommes-nous pauvres ? Peut-on définir la pauvreté ? Et la richesse, comment se mesure-t-elle ? N’est-elle pas avant tout celle du cœur, de l’esprit ? » Bref.

J’étais comme attirée par la couverture, et par le fait que j’avais déjà beaucoup entendu parler de ce bouquin, qui d’après certains serait la bible du développement personnel en matière de finances personnelles. Lire la suite

À la Une

Mon avis sur le livre « Je gagne ma vie avec mon blog »

Hello,

J’espère que tu vas bien et que tu passes un bel été. Pour ma part, je ne suis pas encore en vacances mais je sens leur doux sillage.

Aujourd’hui, je tenais à te faire part d’une belle découverte en matière de webmarketing. En effet, je m’intéresse à ce sujet depuis fort longtemps (quelques années au moins) mais dans cet univers pléthorique, je ne sais vers quel expert me tourner. D’autant que je suis débutante de chez débutante ( c’est quoi le SEO ?).

Et je n’adhère pas aux fausses promesses de certains qui nous vendent des résultats défiant toute concurrence en un temps record. Car, toute réussite passe par renoncements et sacrifices. Lire la suite

À la Une

Le sermon des deux pieds

Au-delà des valeurs de respect, de gentillesse, d’humanisme, d’altruisme, il y en a une qui est primordiale à mes yeux. C’est celle qui me fait passer parfois pour quelqu’un de très fier, de presque imbu de sa personne, voire d’indifférent (selon les perceptions d’autrui). Cependant, c’est aussi celle qui fait que je ne me plie pas en quatre pour qui que ce soit, ni que je renvoie mes envies, valeurs aux calendes grecques (ou renie) pour faire plaisir à quelqu’un. Quand je dis elle, je parle de la dignité. Lire la suite

À la Une

Tout et son contraire

C’est en rangeant avant de partir que je m’étais rendu compte du symbole que j’avais laissé trôner sur mon bureau. Dans l’après-midi, la chaleur étouffante malgré l’épouvantable climatisation avait orientée comme mécaniquement mes pas vers le distributeur. Machinalement. Il me fallait me désaltérer. N’étant pourtant pas une grande adepte de la célèbre boisson mondiale, je m’en saisis, cette fois sans me poser de questions. Lire la suite

À la Une

Il n’y en a pas deux comme moi !

Bonjour !

Je crois que j’ai juste à trouver 36 000 façons d’apprécier les choses. Tout est question de point de vue. J’ai remarqué que c’est toujours plus facile de détester quelqu’un, ou quelque chose. Hier soir, sans le vouloir, j’ai entendu une conversation entre deux copines. L’une à demandée à l’autre (vraisemblablement sur le point de quitter sa moitié) : « mais attends, c’est quoi ses deux plus gros défauts ? », l’autre a presque hurlé : « deux, t’es gentille, j’en ai 15 à t’énumérer !! Il est moqueur, arrogant, stupide, inattentionné… ». J’ai changé de table au quatrième. Lire la suite

À la Une

La came du bonheur

La façade. L’ornement qui masque la réalité. Le faux nirvana. L’artificiel. L’illusoire sentiment de bien-être. Si tant de personnes sombrent dans les narcotiques, palliatifs, c’est souvent pour se soustraire de la réalité, soulager transitoirement leurs maux, ou simplement s’amuser, se détendre, voire se sentir appartenir à un groupe. Là où tout n’est que façade, c’est que leurs effets sont temporaires. Lire la suite

À la Une

Ne serait-ce que se lever du bon pied

Peut-être essayer ces choses somme toute sommaires mais qui peuvent faire changer le prisme.

Ne serait-ce que de prendre l’habitude de se lever du bon pied.

Je ne comprendrai jamais celles et ceux qui maugréent à peine les yeux ouverts.

N’es-tu pas heureux d’être en vie, et en bonne santé ?

Quand on sait la fragilité de la vie, et de nos équilibres, nul ne peut se permettre le luxe de grommeler, de s’attarder sur ce qui nous fait, soi-disant, défaut.

N’est-il pas déjà temps de bousculer le paradigme de la plainte, et de la douleur ? Lire la suite

À la Une

Renverser les legos

Se déconstruire. Effacer, ou tenir tête à la multitude de déterminismes dont on fait l’objet. Une sorte de lutte des classes, mais vis-à-vis de soi-même. Une lutte interne.

Mes pensées, mes opinions, mes avis, mes célébrations, mes douleurs, mes rêves sont-ils réellement ce qu’ils sont ? Sont-ils réellement miens ? Ou sont-ils le fruit d’un tas de conditionnements ? Se déconstruire c’est d’abord faire la paix avec soi-même, pour découvrir en soi un million de facettes que nous ne soupçonnions pas. Lire la suite

À la Une

La part d’ange dans chacun

Je ne suis pas un archange. Ce n’est pas ma prétention. Je n’ai pas envie non plus de devenir lisse, sans aspérités, sans callosités. Pas question de dire amen à tout. J’ai beaucoup de choses viscérales en moi, beaucoup de valeurs. Je dois être faite d’un bois rare.

Evidemment qu’il y a des choses qui continueront de me révolter, il y a des choses qui continueront de me faire sortir de mes gongs, de m’énerver, de m’exaspérer au plus point. Mais une certitude nait en moi : celle de ne plus vouloir la part belle à ces tracas dont je ne suis guère responsable.

Lire la suite

À la Une

Aujourd’hui, je sais que c’est ma force

Certaines personnes, dans ce monde, sont capables de déceler des comportements et des émotions subtiles chez les autres. Leurs sens sont décuplés, de sorte qu’ils ressentent des choses qui passent souvent inaperçues pour les autres. J’en fais partie. J’avais commencé à t’en parler au travers de mon post sur les introvertis (Nous les introvertis). Je n’ai d’ailleurs pas toujours vu cette caractéristique du bon œil, car, pour moi elle m’éloignait des autres car je me trouvais tellement différente.

Lire la suite

À la Une

Pas à pas, y croire et y œuvrer

Les paliers. Les pas. Le pas à pas. Si chaque jour je fais un pas en direction de mes rêves, il est évident que ma réalité changera. D’ailleurs, elle change déjà, un peu plus chaque jour. Je m’en rends compte. Il ne suffit pas, du jour au lendemain, de prendre un aller simple vers un autre continent en se disant qu’en y croyant, tout pourra changer, et qu’il est toujours possible d’aviser une fois là-bas. Non. Dans la vie, tout se prépare, tout se construit. Spinoza disait : « tout ce qui se construit vite se détruit vite ». Et un autre disait : « qui veut voyager loin, ménages sa monture ». Prendre le temps de façonner ses rêves. Ecouter son moi intérieur. « Est-ce vraiment cela que je veux ? Qu’est ce qui m’anime dans le fond ? Serais-je encore plus heureuse si je franchissais le cap ? ».. Lire la suite

À la Une

Etre aimable

A plusieurs reprises elle me conta que son collègue lui manquait de respect. « Mais, que lui ai-je fait ? Tu crois qu’il m’en veut d’être celle que je suis ? Je ne comprends pas pourquoi il s’en prend à moi ?.. ».  Comme réponse, au-delà des traditionnelles marques de soutien, je lui répétais souvent : « c’est avec lui-même qu’il est en conflit, pas avec toi ». Hier, après des semaines de réflexion autour de cette phrase, elle me remercia en me disant : « tu vois Sana, je n’avais pas vu les choses comme cela. Depuis que je sais que je n’y suis pour rien, je me sens plus légère. » Lire la suite

À la Une

Ce que mes envies disent de moi

Nous nous épanchions sur les méfaits de l’hiver sur nos esprits, et nos corps, lorsqu’il s’arrêta brusquement de me parler, en me fixant du regard, comme pour mieux percer un mystère.

« Sans réfléchir, tu as une semaine devant toi et pour toi, quelles seraient tes envies là (en trente secondes), à ce moment précis, si l’argent et le temps n’étaient pas un frein ? ». Lire la suite

À la Une

Confessions d’une…

Le curseur ne cessait de cligner. Je me demandais ce que j’allais bien pouvoir te raconter. J’abhorre parler de moi, mais si, en le faisant, je peux contribuer à distiller des vibrations positives « all over the world » (on ne va peut-être pas s’enflammer non plus, rires), alors, je réussirais mon pari. Si en le faisant, je peux contribuer à faire de l’acceptation de ce Soi si complexe, un pas vers le bonheur de tout un chacun, ce serait plutôt une belle affaire. Si en le faisant, je contribue à alléger le fardeau de celles et ceux qui se reconnaissent en mes traits complexes, je serais enchantée. Lire la suite

À la Une

« La peur a frappé, l’amour répondit et il n’y avait personne. »

Je sais maintenant que deux vérités, deux émotions, deux sentiments régissent l’univers, notre vie. La première est l’amour et la seconde est la peur. Dans une égale opposition l’une de l’autre. Il est évidemment naturel de céder parfois à la peur lorsque des circonstances particulières nous poussent à ressentir cette émotion. Elle constitue d’ailleurs une forme d’alerte de notre subconscient sur les éventuels dangers d’une situation. Lire la suite

À la Une

Clichés de l’âme ?

De la même façon que l’on « écrit avec de soi » (comme disait Roland Barthes), je suis persuadée que l’on photographie aussi avec de soi. Le mois de janvier s’en est allé. Je ne t’ai pas abandonné. Mais tu le sais mieux que moi, la vie nous balance bon gré, mal gré, contre vents et marée, entre volupté et désenchantement.  Le mois de janvier s’en est allé, mais restent gravés en l’appareil certains de ses moments, certaines de ses promesses. Je m’éclipse sur la pointe des pieds, et te partage ces quelques clichés.

IMG_20180123_185030IMG_20180124_165417 Lire la suite

À la Une

Cette année, j’apprends..

J’apprends à observer la magie de chaque instant que la vie m’offre. J’apprends à être attentive aux synchronicités. J’apprends à prendre le temps de vivre. J’apprends à cueillir, à vivre un jour à la fois. J’apprends à arrêter d’être dans l’urgence. J’apprends à m’émerveiller de chaque instant, de chaque sourire, de chaque regard, de chaque rencontre, de chaque interaction. J’apprends à changer de chemin. J’apprends à m’arrêter devant les arbres. J’apprends à parler aux inconnus. J’apprends à étendre mes perceptions.

Lire la suite

À la Une

Maintenant

Cela faisait plusieurs semaines déjà que j’avais achetées des toiles, de la peinture. Cela faisait plusieurs semaines que j’attendais les circonstances favorables pour les peindre. Je me suis alors souvenu que par le passé, je prenais plaisir à peindre. Et là, le passé a retenu mon attention. Et je me suis dit intérieurement le fameux « c’était mieux avant ».

Et toi t’arrive-t-il toi aussi de ressasser le passé ? Est-ce que ton mécanisme mental crée de la colère, du regret, de la culpabilité, de l’orgueil, ou de l’apitoiement ?

Lire la suite

À la Une

Le syndrome de Wendy

Je ne l’ai jamais associé à quelque chose de négatif. En fait, j’aimais faire passer les autres avant moi, c’est tout. Et en soi, il n’y a rien de mauvais. Du moins, pas de prime abord. Je ressentais le besoin viscéral de prendre soin des autres. Et ce, dès la cour de récré. Partager mes bonbons. Faire rire les « tristes ». Intégrer les « exclus ». Détendre les « blasés ». Rassurer les « peureux ». Adoucir les « méchants ». Défendre les « opprimés ». Lire la suite

À la Une

L’amour est partout où tu regardes

Il est de ces morceaux qui vous transportent loin, telles ces anciennes photos que l’on retrouve au détour d’un nettoyage de printemps, et qui nous plongent dans un océan de nostalgie. Il est de ces moments où l’on se demande où sont passés ces êtres que nous avons tant chéris, ceux que la vie nous a arrachés. On les espère heureux. On les espère au Paradis pour ceux qui nous ont quittés. Lire la suite

À la Une

Le jour où je me suis aimé pour de vrai : le merveilleux poème de Charlie Chaplin

chap 1.jpgL’un des poèmes les plus célèbres de Charlie Chaplin, qui nous offre une fabuleuse leçon sur la croissance personnelle, commence ainsi :”Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Et, alors, j’ai pu me relaxer. Aujourd’hui je sais que cela s’appelle …. l’estime de soi”. Lire la suite

À la Une

Ma rêverie turque

Rêveuse. Je suis une rêveuse.

J’étais en train de lire les chaussures italiennes, un roman de Henning Mankell, quand la bise matinale me fit perdre la page que j’étais en train de dévorer. J’ai fermé les yeux, les premiers rayons du timide soleil automnal me réchauffaient les paupières. Je me suis laissé planer. J’ai laissé planer mon esprit. Lire la suite

À la Une

Je suis à la naissance de tout..

J’ai mis un sacré moment avant de me rendre compte que si tout n’était pas en paix autour de moi c’était justement parce que je n’étais pas en paix avec moi-même. tumblr_nizq0g41Ho1u8sb37o1_1280.jpgDe prime abord, cela peut paraitre assez péremptoire. On dirait une phrase bateau sortie tout droit d’un livre de développement personnel.  J’ai longtemps pensé que je ne pouvais être responsable du chaos, des tumultes de ma vie, de mes névroses. Mais en fait, je commence doucement à toucher du doigt la certitude que tout est train de rentrer dans l’ordre car je suis en train de faire la paix avec moi-même. Et je le constate depuis quelques semaines. Lire la suite

À la Une

Chronique d’un autre monde

L’individualisme croissant, le « je m’en foutisme », la décadence. Ce regain de violences, de massacres, d’attentats, de séparatismes. Il n’y a plus franchement d’intérêt général. Que des intérêts particuliers. On ne jure que par la maximisation des profits. C’est chacun sa poire. Tu peux crever qu’on ne portera pas assistance. J’avais déjà senti le truc arriver depuis des mois, des années. Sans entrer dans des considérations géopolitiques, économiques, ou philosophies, l’heure est grave. Lire la suite

À la Une

Objet : aides moi à rayonner

Hier soir, j’ai reçu le mail d’une amie, dont l’objet était « aides moi à rayonner ». J’ai souri…

« Coucou Sana,

J’espère que tu vas bien. Ma demande est un peu spéciale, mais je dois t’avouer que je t’ai toujours trouvé rayonnante. Cette sérénité que tu dégages tout le temps. Ce truc inqualifiable. En fait, je me demandais si tu avais des conseils à me donner pour que je mette enfin la main sur ce satané happiness..

A très vite bella,

gbisous,

L. » Lire la suite

À la Une

Mes 5 clés pour concrétiser ses projets

Certains d’entre vous savent que je nourris depuis plusieurs mois l’ambition d’écrire un manuscrit mais faute de volonté, de discipline, de pensée positive, d’attitude psychologique cérébrale, et de stratégie, je remets aux calendes grecques cette ambition continuellement, perpétuellement. Lire la suite

À la Une

Mes 5 raisons de quitter Facebook

Je zappais d’un profil à l’autre, d’un évènement à l’autre, lorsque je me suis rendu compte que j’avais allégrement dépassé mon quota « facebook » de la soirée. Diantre, je n’avais guère vu le temps se dérober. En me déconnectant, je pris une longue inspiration, et je me suis demandé ce que ce réseau social m’apportait réellement. Lire la suite

À la Une

Les 15 plaisirs de l’Automne

Ah l’automne. Ma saison préférée. En effet, j’adore l’automne parce que c’est une saison belle, bonne, chaleureuse, mélodieuse, chatoyante, et qui signe l’approche des fêtes.

au coeur de l'automne.jpgEt dans le Tao, l’automne est la saison où l’on engrange les bienfaits de l’été et où l’on range, où l’on organise tout, y compris son chez-soi intérieur. Lire la suite

À la Une

Le jour où j’ai cessé de me travestir

J’ai, des années durant, copié son intonation de voix pour lui ressembler. J’avais certes mon caractère ( Sors du moule), mais je l’avais comme enseveli sous un amas d’illusions. J’étais adolescente, je me cherchais. Elle était ultra-populaire au lycée. J’imitais même son style vestimentaire. Par la suite, j’empruntais ci et là des attitudes qui n’étaient guère miennes mais elles me conféraient une certaine contenance. Je m’étais créé une coquille susceptible de plaire au plus grand nombre. Lisse. J’étais comme ces plats sans saveur. Mais j’étais très appréciée. Plus tard, je m’essayais les loisirs que tout le monde trouvait fun, fréquentais assidument ces « places to be ». Lire la suite

À la Une

Le néant

Plusieurs fois que je tentais de le joindre en vain. Même mes nombreuses occupations ne suffisaient pas à taire ma petite voix intérieure qui me disait que quelque chose se tramait. Les heures passaient. Lorsque je décidais de m’assurer par moi-même que tout allait bien, une barre me noua l’estomac. Puis, une nausée. Je m’asseyais quelques minutes et avalais la gourde de jus de fruits qui traînait sur la table. Habituellement si sucrée, elle n’était ce-jour là qu’amertume. Au volant, prise dans mes pensées, je passais au feu pourtant d’un rouge vif. Une voiture de police me fit signe de m’arrêter. J’en perdis toute parole. « Oh, oh mademoiselle.. », me dit-il. L’agent me croyait dans un état second. Il me fit souffler. Rien. « Bon, je ne sais pas ce que vous avez, mais, rentrez, et reposez-vous » rajoutait- il. Quelle bienséance.

Lire la suite

À la Une

Tous aliénés

IMG_20170908_095154[1]
Machine à café du job de Sana 🙂

Comme tous les matins, je me poste devant elle pour prendre machinalement ce jus sans goût qui sort de ses entrailles. Mais c’est mécanique. Une habitude pour me mettre en route. Heureusement que nous sommes vendredi. Décidément, je remets tout en question en ce 8 septembre. Et j’ai l’impression de refaire le même constat que dans mon article Génération blasée. Bis repetita. Je ne suis définitivement pas de nature à me plaindre mais là.. Lire la suite

Peut-on vraiment rencontrer l’autre ?

Salut.

Je trouvais cela d’une telle banalité, que certes mes oreilles avaient entendu le concept, mais j’étais loin de l’avoir compris. « On voit dans l’autre ce que l’on a en nous ». Je me disais « bof, bof ». Je n’y adhérais pas du tout, car je n’avais pas compris. J’étais en total désaccord avec ce principe. Car, pour moi, certains de mes jugements étaient fondés, en tant que réalités objectives :

  • La voisine qui ne dit pas bonjour,
  • La copine qu’on estime jalouse,
  • Le beau gosse imbu,
  • La prétentieuse,
  • Le collègue lourd…

Lire la suite

Gandhi vs Elon Musk

C’est fou cette propension à enfermer les gens dans des cases.

Pourquoi devoir choisir entre se contenter ou vouloir plus ?

« Oui mais tu sais Sana, c’est bien de se contenter. C’est une forme de renoncement salutaire ». What ? Et pourquoi je ne me contenterais pas de plus ? Je peux aussi savoir me contenter et espérer davantage. Et d’ailleurs, espérer davantage ne se mesure pas forcément en termes de possession.

Je connais pourtant un tas de gens qui ont réussi, sans porter préjudice à quiconque. C’est là où le bât blesse car je n’aime pas tellement ces visions binaires auxquelles tu dois adhérer, d’autant que dans l’esprit de certains, il n’y aurait que deux possibilités :

  • se contenter : pour accéder à sa véritable essence, à l’humilité, au bien-être, à la simplicité, ou
  • faire preuve d’ambition pour être une meilleure personne, inspirer des gens, avoir un meilleur standing : auquel cas c’est limite si l’on te prend pas pour un assoiffé de pouvoir, un requin, ou un matérialiste haut de gamme.

C’est comme si on te demandait de choisir entre Gandhi et Elon Musk.

Cela n’a aucun sens. Les deux peuvent être très inspirants. Leurs parcours sont riches d’enseignement.

Il existe des millions d’entrepreneurs éthiques, qui donnent de leurs temps, de leur énergie avec la plus belle des intentions. Comme il existe des tonnes d’hommes d’affaires voyous qui ne seront jamais rassasiés.

Dans la vie, rien n’est jamais noir. Rien n’est jamais blanc.

Il n’y a pas ceux qui se contentent et ceux qui veulent plus.

Il y a des hommes et des femmes qui savent faire preuve d’une immense gratitude à l’égard de tout ce qu’ils ont : une bonne santé, une famille, des amis, des possessions matérielles, des valeurs, et qui caressent le rêve de plus d’abondance pour justement servir des intérêts collectifs, des intérêts éthiques, humanitaires, et redonner des merveilles qui ont reçu.

Et puis, dans la vie, il y a des cycles, des moments. Ceux où l’on est droit de rêver d’une villa provençale, ou ceux où une cabane de forêt ferait de nous des êtres immensément heureux.

Des moments, d’une même journée parfois, où le comble de bonheur réside simplement dans la contemplation du coucher de soleil, ou dans l’acquisition d’un parfum de luxe.

Nous avons tous le droit, et même le devoir de rêver et de se fixer des objectifs élevés.

C’est juste que la plupart des gens oublient de le faire, ou ne croient plus à rien.

Je suis persuadée que ce sur quoi je concentre mes pensées devient une réalité, d’une manière ou d’une autre.

J’ai le droit d’adorer ma vie, je sais me contenter, je suis pleine de résilience, et j’ai aussi le devoir de faire en sorte qu’elle ressemble davantage à mon idéal.

Car nous sommes dotés de capacités extraordinaires, et car il n’y a aucune limite dans ce que l’on peut créer, avoir ou faire.

Je crois fondamentalement en un être divers, multi-potentiel. Ne me demandez surtout pas de choisir entre tel ou tel modèle de vie car mon inspiration, mes sensibilités sont multiples.

Je te laisse avec ces quelques jolies notes.

J’espère que tout va bien de ton côté.

A bientôt,

Sana.

Tous droits réservés.

Pourquoi aime-t-on l’interlude des vacances ?

Ce jour-là, à peine arrivée, je m’étais connecté au logiciel de congés, juste pour revoir mon planning annuel, et mes congés restants. Comme pour me rassurer. Un peu comme avec un ami de longue date qu’on n’aurait pas vu depuis un bail : « Ben, on se voit toujours samedi ? ». En vrai, en filigrane, on dit : « j’ai hâte d’y être, mais par fierté je ne te l’avoue pas ».

Lire la suite