Pas à pas, y croire et y œuvrer

Les paliers. Les pas. Le pas à pas. Si chaque jour je fais un pas en direction de mes rêves, il est évident que ma réalité changera. D’ailleurs, elle change déjà, un peu plus chaque jour. Je m’en rends compte. Il ne suffit pas, du jour au lendemain, de prendre un aller simple vers un autre continent en se disant qu’en y croyant, tout pourra changer, et qu’il est toujours possible d’aviser une fois là-bas. Non. Dans la vie, tout se prépare, tout se construit. Spinoza disait : « tout ce qui se construit vite se détruit vite ». Et un autre disait : « qui veut voyager loin, ménages sa monture ». Prendre le temps de façonner ses rêves. Ecouter son moi intérieur. « Est-ce vraiment cela que je veux ? Qu’est ce qui m’anime dans le fond ? Serais-je encore plus heureuse si je franchissais le cap ? »..

Autant de questions que je me pose quand l’authenticité de certains moments de solitude me permet d’accéder, en silence, à ce moi qui nous parle tant et qu’on écoute peu. Je n’en veux pas aux coachs en développement personnel qui nous invitent à changer de vie, tout lâcher dés à présent, foncer pour vibrer nos rêves, et leur donner vie. Certains sont capables de rédiger sans réfléchir cette lettre de démission, de remplir leur valise, de mettre la main sur leurs économies, et convoler à l’autre bout du monde animés d’un grand rêve. Pas-neige.jpg

Pour ma part, je suis de celles et ceux qui s’assurent de voir un maximum de voyants verts avant de tenter le grand saut. Le pas à pas. D’ailleurs, il est parfois difficile de se débarrasser de nos montagnes de croyances. Du moins, il nous faut parfois plus de temps que les autres pour nous créer de nouveaux circuits neuronaux, de nouvelles croyances, pour nous libérer du regard d’autrui, de la société.

Et parfois, nous avons une idée claire de la destination sans connaitre les chemins qui pourraient nous y amener. Comme il nous arrive de savoir exactement le chemin à emprunter, sans précisément savoir vers quoi ce-dernier nous destinerait. Et l’essentiel ne réside-t-il pas dans l’acceptation de la plénitude de notre vie présente, tout en créant celle de nos rêves chaque jour un peu plus ?

Quant à la chance, elle se crée, j’en deviens intimement convaincue chaque jour. Je suis certaine qu’elle aussi se construit pas à pas. Comme je suis certaine qu’il existe une forme de grande et belle connexion, adéquation entre nos rêves, les opportunités que nous offrent la vie, nos pensées, nos aspirations.

Pas à pas, tout se transforme en y croyant ardemment. En œuvrant pas à pas chaque jour. Ecrire les premières lignes, se jeter à l’eau. Peindre les premiers morceaux de cette toile maculée. Prendre les tous premiers clichés. Apprendre les premiers mots de cette nouvelle langue. Rencontrer ces nouvelles personnes. Jeter chaque jour les jalons de ses grands projets. Y croire à fond, et y œuvrer à sa façon.

Pas à pas. Le premier est souvent le plus difficile.

Sana,

Tous droits réservés.

Publicités

16 réflexions sur “Pas à pas, y croire et y œuvrer

  1. Si le ‘pas à pas’ ne sert qu’à aller dans une direction « tranquillement » ça ne suffit souvent pas. Il faut alors envisager un déplacement plus effectif et plus rapide: le petit saut qui est parfois quasi prélude au « grand saut ». Mais je sais bien que tu vas me dire que pour un mec qui a enjambé les écueils de la vie, enjambé les montagnes et enjambé les contrariétés c’est facile de donner des conseils. Parfois sauter au lieu de marcher peut provoquer des fractures mais avec les progès de la science, une fracture se réduit et se soigne en deux coups de cuiller à pot!

    Continue Sana… Tu es sur le bon chemin, peu importe la vitesse à laquelle tu le parcoure! Amicalement.

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour Sana,

    Comme tu dis, le premier pas est souvent le plus difficile (me semble avoir lu ça quelque part récemment. 😉

    Curieusement, quand on passe à l’action, on a l’oeil plus averti pour voir les opportunités et être en mesure d’en tirer profit. Paulo Coelho disait quelque chose du genre « Quand on veut une chose intensément, l’univers conspire pour nous permettre de réaliser nos rêves », mais en fait, je pense que notre capacité à prendre conscience de ces synchronismes devient alors tout simplement plus aiguisée quand on est dans l’action.

    De façon générale, je suis assez en accord avec Spinoza et sa vision des choses. Il a aussi dit: « Ce n’est pas parce qu’une chose est bonne que nous la désirons, mais parce que nous la désirons que nous la jugeons bonne ».

    Aimé par 1 personne

  3. MERCI pour ton article ! Pour avoir été suivie par une coach qui croyait dur comme fer en le « tout faire vite », lire tes mots me fait énormément de bien. Je suis aussi de celles qui a besoin de temps, de laisser cheminer les idées. Si foncer est une solution pour les uns, il faut toujours garder en tête qu’elle ne convient pas forcément à tout le monde. Chacun doit trouver son propre rythme, avancer en étant en paix avec soi-même. Beau week-end à toi !

    Aimé par 1 personne

  4. Le + difficile, c’est souvent de commencer. Mais pour moi, c’est de persévérer quand je ne vois pas de résultat immédiats. C’est souvent ce qui me fait abandonner certains projets… ça ET le manque d’inspiration. Toujours l’envie de commencer quelque chose, et plus rarement la patience pour la terminer. Parce que je sais ce que je veux faire et que j’ai déjà commencé 🙂 merci pour ton article plein d’encouragements, mille et une bénédictions 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s