À la Une

Le syndrome de Wendy

Je ne l’ai jamais associé à quelque chose de négatif. En fait, j’aimais faire passer les autres avant moi, c’est tout. Et en soi, il n’y a rien de mauvais. Du moins, pas de prime abord. Je ressentais le besoin viscéral de prendre soin des autres. Et ce, dès la cour de récré. Partager mes bonbons. Faire rire les « tristes ». Intégrer les « exclus ». Détendre les « blasés ». Rassurer les « peureux ». Adoucir les « méchants ». Défendre les « opprimés ». Lire la suite

Publicités

A Jean D’Ormesson

Un grand homme. 

Une belle philosophie de vie. 

Une très belle âme. 

Animé de valeurs profondes, de justice, d’humanité. 

Un grand homme. 

Un homme de convictions. 

Un magnifique être de lumière. 

Un splendide homme de lettres.

Un être raffiné.

Un être généreux.

Un regard plein de vie, et de malice. 

Un bel esprit éclairé. 

Un amoureux de la langue française.

Un amoureux de la vie.

Puisse t’il reposer en paix. 

Sana, 

Tous droits réservés.