La Valse à mille blogs !

Un bel hommage à la blogosphère. Aux beaux échanges qu’elle nous offre. Aux belles discussions qu’elle permet. Aux belles découvertes qu’elle initie.
Presque 8 mois que je suis parmi vous. Huit mois que je me délecte de la richesse de nos échanges, de la diversité de vos parcours de vie, de la beauté de vos âmes.

MERCI.

S.

Publicités

Guérir le monde

Je suis une optimiste, une rêveuse, une candide, une révoltée, une douce, une empathique, une énergique…Et lorsque l’on me demande quel est mon rêve ? Je réponds souvent que mon rêve est celui d’un monde meilleur. Un monde plus équitable. Un monde plus altruiste. Mais je vois toujours dans les regards de mes pairs, à l’écoute de ma réponse, cette pointe de dédain qui sous entend : « ouais bon, tu peux toujours rêver.. ». Lire la suite

De soi à soi

On fait tout pour s’en défaire. Tout pour la rejeter. Tout pour la combattre.

Pourtant, elle détient les clés de notre être. Pourtant, en la côtoyant, en l’appréciant, nous nous ouvrons à nous même. Nous nous ouvrons au champ des possibles.

Elle est celle qui éclaire, celle qui ne juge pas, celle qui apaise.

Elle est l’apanage de celles et ceux qui ont compris son importance, sa force vitale.

Que sa force soit tienne.

Et n’oublie pas : si tu fais de toi-même un ami, tu ne te retrouveras jamais seul.

Belle soirée.

Sana.

Tous droits réservés.

Coup de coeur / film drame

Bonjour,

J’ai vu un film magnifique.

Voici le synopsis : 

Une incroyable histoire vraie : à 5 ans, Saroo se retrouve seul dans un train traversant l’Inde qui l’emmène malgré lui à des milliers de kilomètres de sa famille. Perdu, le petit garçon doit apprendre à survivre seul dans l’immense ville de Calcutta. Après des mois d’errance, il est recueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d’Australiens. 25 ans plus tard, Saroo est devenu un véritable Australien, mais il pense toujours à sa famille en Inde. Armé de quelques rares souvenirs et d’une inébranlable détermination, il commence à parcourir des photos satellites sur Google Earth, dans l’espoir de reconnaître son village. Mais peut-on imaginer retrouver une simple famille dans un pays d’un milliard d’habitants ? 

Ce film est merveilleux, époustouflant, bouleversant. Ce film m’a chamboulé.

Les conditions de vie des familles pauvres indiennes, les liens familiaux, l’intuition et l’intelligence du petit Saroo, sa solitude, son instinct de survie, les joies et les travers de l’adoption, la détermination du jeune homme.. : tout est savamment abordé , orchestré avec force et finesse.

Un véritable coup de coeur pour ma part! Un film poignant. Un film profond.

Bon week-end.

Sana.

Don’t forget what you were made for.

Hello, 

Today, I just want you to read these few gorgeous words…

James is Trying

You were made to dream.
Made to believe.
Made to have unbreakable faith.
You were made to put everything you have into something.
Made to count on it.
To rely on it.
To know it will always be there.
You were made to be wrong.

You were made to be let down.
Made to question your faith.
Question love.
Question hope.
Question yourself.
You were made to be broken.
Cracked.
Shattered.

Voir l’article original 176 mots de plus

Le chemin importe plus que le résultat

En fait, j’en conclus que l’important n’est pas le résultat, mais le chemin.

En effet, chaque fois que le résultat, l’objectif m’obsédait, je perdais de la plénitude. Je perdais toute notion du présent, ne jurant que par ce résultat, ce futur qui m’apporterait tant. Ce futur qui me délivrerait de mon présent. Ce résultat qui m’épanouirait.

Lire la suite

Gratitude

Ce beau dimanche ensoleillé durant lequel j’avais pris plaisir à honorer mes amitiés, rire, marcher, me balader, lire, lâcher prise.. touchait à sa fin. Le soleil avait pris congés depuis quelques heures. Le journaliste égrenait les titres du journal télévisé. Allongée sur mon canapé anglais, je ne prêtais guère attention à l’actualité si désastreuse. La télévision faisant à ce moment là office de distraction sonore.  Lire la suite