Sors du moule

Bonjour,

Je ne crois pas t’en avoir déjà parlé mais j’y ai pensé tout à l’heure en croisant en ville trois trentenaires en mode  » pokemania »..

Je me dis que nous sommes quand même dans un monde, une société qui laisse très peu de place au libre-arbitre.

De quoi je te parle ?

Le libre-arbitre pose la volonté comme cause première de nos actions. Ce sentiment, tu l’éprouves tous les jours, tu sent ton autonomie, tu te crois libre.

Mais je peux mettre en doute cette idée : parce que nous sommes tous influencés par des forces. Et ce libre-arbitre ne pourrait bien être qu’une illusion due à notre ignorance des causes qui nous font agir.

Tu me suis toujours ?

Aujourd’hui, j’ai comme le sentiment que tout est fait pour que nous taisons notre propre jugement, ou du moins, pour faciliter le « prêt à .. ».

Je m’explique, à la télévision : tu consommes des programmes parfois avilissants, tu t’arrêtes à un fast food : c’est du prêt à emporter… Le soir, tu te branches sur youtube, et là : tu visionnes la façon dont tu es censé te maquiller. Et Vogue te dicte les tendances du moment.

Alors deux secondes… réfléchis avec moi..

A quel moment, peux-tu décider, de toi même, par toi même, et pour toi même de ce qui est bon pour toi ?

N’as tu pas le sentiment que nous sommes devenus les zombies de notre société contemporaine décadente ?

Sors dans la rue, et regardes le style de nos ados par exemple.. Très peu sortent du lot.. Même coupe de cheveux, même vêtements, même façon de parler… Ils présentent d’étranges similitudes.

A croire que tout se reproduit à l’infini.

Afficher l'image d'origine

En outre, on a cette fâcheuse tendance à rejeter nos semblables, du moins celles et ceux qui ne nous ressemblent pas, celles et ceux qui se soustraient à l’impératif du « moule ». Au boulot, j’ai une chouette collègue, un brin rêveuse, qui possède son propre dressing code, qui déjeune toute seule chaque jour, qui marche parfois pieds nu dans les couloirs l’été quand il fait chaud…  Beaucoup la prenne pour une illuminée. Moi, je l’estime, et je l’estime beaucoup pour cette capacité qu’elle a, à être elle tout simplement.

Adhères ou tais-toi !

Je ne sais pas si tu penses comme moi, mais, j’ai aussi l’impression que ton mode de pensée doit être celui du commun des mortels. Du moins, on te fait bien comprendre que si tu as une opinion qui sort de la norme, c’est plus que chelou..

Si je peux me permettre de te conseiller

Cultives ta différence. Si on est tous différent, c’est bien pour se nourrir et s’enrichir de nos différences. Démarques toi de la masse, et développes ta propre personnalité.

Car plus tu seras toi-même, plus tu scintilleras.

Dans notre société contemporaine, on a quand même un peu souvent cette fâcheuse tendance à se laisser influencer par la pensée commune, et par les goûts de nos pairs. Si tu veux percer, il faut que tu te concentres sur ce que tu veux réellement, sur ce que tu es réellement.

Je me souviens qu’au lycée « hype » dans lequel j’ai suivi une brillante scolarité ( oui détends toi, l’humilité est importante mais la confiance en soi également – je te ferai un billet sur ma vision de cette-dernière :)), une de mes super copines faisait tout pour qu’on la remarque. Plus d’une fois, elle m’a demandé pourquoi j’avais ce charisme et pourquoi le sien était aux abonnés absents. Le pire c’est que quand je lui répondais «  rien de spécial ». Ma réponse ne la satisfaisait pas. Pourtant c’était vrai.

J’avais mes propres goûts musicaux. Je me souviens que j’écoutais du Chopin, Bach, Beethoven alors que tout le monde surfait sur les tendances pop, rap, et rock.

A la pause méridienne, beaucoup allaient fumer un pétard au parc près du lycée, moi je sortais mes feuilles bristol pour réviser, et je m’allongeais dans l’herbe, avec une fleur de pissenlit que je soufflais pour exaucer mes vœux de réussite.

Afficher l'image d'origine

Je n’étais franchement pas partisane des soirées alcool non plus. Mais bref, si tu suis mon cheminement : je veux juste te dire que même si tout te pousse à être un mouton, sois cette chèvre qui sort du troupeau ( j’veux aller gambader, j’veux plus rester attaché.. à lire sur le ton de Gad Elmaleh hhh).

Afficher l'image d'origine

Je reprends ma prose pour te souhaiter de ne jamais oublier ces quelques mots. Quand tu te surprendras à penser ou agir comme la masse, appuis sur le bouton pause, et réfléchis quelques secondes.

 

Hello,

I havent already told you about pokemania.

I think that we are nevertheless in a world, which leaves very little place to the freereferee.

About what I do speak to you?

I’m talking about this feeling. You test it the every day, you feels your autonomy, you believe you’re free.

But we all are influenced by forces.

Today, I have as the feeling that all is made so that we conceal our own judgement, or at least, to facilitate the loan with..

I am explained, on television: you consume programs sometimes degrading, you stop with a fastfood: it is loan to be carried The evening, you connect on youtube, and there: you view the way in which you are supposed to make up. And Vogue dictates you the trends of the moment.

Then two seconds.

At which moment, can you decide, of you even, by you even, and for you even of what is good for you?

Ace you not the feeling which we became the zombies of our declining contemporary company?

Leave in the street, and look at the style of our teenagers for example. Very little leaves the batch. Even clothing, haircut even, even way of speaking They present strange similarities.

To believe that all reproduces ad infinitum.

Moreover, one has this annoying tendency to reject our similar, at least those and those which do not resemble to us, those and those which are withdrawn from the requirement of the mould. At my job, I have a nice colleague, a bit stargazer, which has her own dressingroom codes, which lunches alone each day, which walks sometimes feet naked in the corridors the summer when the weather is hot  Much takes it for one enlightened.

Me, I estimate her, and I estimate her much for this capacity that she has, to be it quite simply.

Adhere or keep silent yourself!

I don’t know if you think like me, but, I have the feeling as your way of thinking must be that of the common of people. At least, one makes you well understand that if you have an opinion which leaves the standard, it is more than weird.

If I can allow myself to advise you

Let’s cultivate your difference. If one is all different, it is well to nourish themselves and grow rich by our differences. Markings down you of the mass, and develop your own personality.

Because the more you are yourself, the more you are going to scintillate.

You need to concentrate on what you really want, on what you really are.

I remember that at the high school in which I followed a brilliant school (yes slacken you, humility is important but the selfconfidence also I will make you a ticket on my vision of thislast:)), one of my super girlfriend did all so in order to be noticed by boys. 

She asked me why I had this charisma and why his was it to the absent subscribers. Worst it is than when I answered her nothing special. My answer did not satisfy her. However it was true.

I had my own musical tastes. I remember that I listened of Chopin, Bach, Beethoven whereas everyone surfed on the pop trends, rap, and rocknroll.

To the meridian pause, much went to smoke a in the park close to the high school, while I was reading my books, in grass, with a dandelion flower which I blew to grant my wishes of success.

I was frankly not wellwisher of the evenings alcohol either. But in short, I want just to tell you that even if very pushes you with being a sheep, would be this goat which leaves the herd (I want to go to gambol, I want to remain attached more. with reading on the tone of Gad Elmaleh hhh).

I take again my prose to wish you never not to forget these some words. When you surprise yourself to think or act as the mass, supports on the button pauses, and considered a few seconds.

Sana.

Tous droits réservés.

Publicités

24 réflexions sur “Sors du moule

  1. Pas facile dans une société où le paraître est important, d’affirmer vraiment ce que l’on est !
    Je me suis retrouvée dans ton témoignage avec les soirées alcool et cigarettes, moi qui ne fumait pas et n’adhérait pas à l’alcool, j’ai maintenu mon libre arbitre en restant moi-même, en étant une chèvre plutôt qu’un mouton
    Et je ne bois toujours pas d’alcool mais plutôt du jus d’aloe vera 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Ton article est vraiment génial! On est clairement manipulés par les médias et le tout est de la savoir pour pourvoir mettre le bouton « pause » (comme tu le dis si bien) et faire des choix qui sont en accord avec notre personnalité. On me dit souvent que je suis « bizarre » dans ma façon de penser et de voir les choses, mais je le prends plus comme un compliment qu’autre chose! J’aime beaucoup la façon dont tu as abordé le sujet, ton style d’écriture et la métaphore de la chèvre. 😀

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis ravie que l’article te plaise! Cela faisait longtemps que je voulais partager mes écrits avec les gens 😀 Si cela touche ne serait-ce qu’une personne : j’aurais rempli ma mission de distiller un peu de compassion, d’humanité, d’esprit critique…dans notre monde ô combien si triste et individualiste!

      Aimé par 1 personne

  3. J’aime bien la façon dont tu mènes tes articles cependant rester soi-même et être à contre-courant est une balade difficile. Je n’aime pas faire comme tout le monde mais j’aime bien de temps en temps faire comme tout le monde.
    Suis-je encore dans l’indécision ?
    Se mêler au troupeau est reposant mais le suivre est parfois ennuyeux en fait j’aimerai surement aller au Paradis mais peut-être que l’Enfer me conviendrait. Je prie ou je blasphème et je me sens parfaitement bien dans les deux cas de figure.
    J’ai mis les baskets de ma fille à l’envers un jour avant de l’emmener à l’école maternelle (il y a des lustres) la maitresse (professeur des écoles) me l’a fait remarquer avec le sourire, j’ai rougi ennuyé de cette maladresse imaginant que j’avais torturé mon enfant mais j’avais simplement fait les choses de travers. Donc je m’interroge bêtement, est-ce que faire les choses de travers c’est être dans le moule ou l’inverse ?
    Tu crois que je devrais aller me coucher sans me poser de questions ?

    Aimé par 1 personne

    1. Tes questions sont pertinentes. Nul besoin de les taire. Elles sont la marque d’un grand esprit. Il est évident que d’agir comme tout le monde est au combien confortable. De même, penser et agir par soi même demande des efforts mais confère une certaine force. La vérité est probablement entre les lignes, entre le mouton et le vilain canard, entre la droite et la gauche : en somme, le juste milieu. L’essentiel étant d’être soi, ne pas se travestir, et cueillir chaque jour….

      Aimé par 1 personne

  4. lavieenjadeleblog

    Je ne sais pas si je suis tout à fait d’accord avec toi. Je m’explique: Je fais partie de ceux qui pensent que la différence doit surtout se faire à l’intérieur. Je n’apporte aucune importance à ce que dégage les gens de l’extérieur. Après tout tout ceux qui veulent avoir un look « différent » du style goth, punk, baba cool ou je ne sais quoi se ressemblent tous dans leur mode à eux. Les baba mettent des sarouels, les punks ont la crête, les goths sont vêtus de noir. Suivant leur « appartenance » ils écoutent la même musique. C’est un besoin de l’adolescence est quelque chose de normal que de désirer appartenir à une communauté et fréquenter ses « semblables ». Est-ce qu’ils sont vraiment différents? Je ne vois aucune originalité. Que l’ont soit tous habillés de la même manière, que l’on écoute tous la même musique, en bref que les gens suivent la mode ne me dérange pas. Si tu ne me connais pas et que tu me croise à un soirée par exemple, tu verras une blonde platine qui écoute pratiquement le même rap que les autres, qui s’habille sans vraiment d’extravagance… Mais si tu vas plus loin, alors tu verras que je suis loin d’être comme les autres car je sais au fond qui je suis. Et je n’ai pas besoin de le montrer par l’apparence. On pourrait croire aussi que je suis une proie médiatique parfaite, que j’achète tout ce que la télé me propose, que je suis un produit de type de la société de consommation parce que j’ai des Nike. Je suis à mille lieux de tout ça. Les gens sont toujours une impression fausse quand ils me rencontrent la première fois: ils me voient comme la blonde écervelée, tu vois le stéréotype? J’ai adoré faire taire plus d’un avec des phrases bien placée. Je suis loin d’être bête et je le sais, je me fiche de savoir si les gens le savent aussi ou non. Ce que je veux dire dans ce commentaire maladroit, c’est que l’important pour moi, c’est que la différence se fasse dans ta tête! Je préfère les gens qui sont habillés comme des « moutons » et qui se sentiront indignés face à une injustice que les autres, qui affichent leur originalité mais ne portent peut-être aucune valeur.

    Aimé par 1 personne

  5. Ping : Sors du moule — Les secrets pour rayonner | Le Bien-Etre au bout des Doigts

  6. Ping : Le jour où j’ai cessé de me travestir – Les secrets pour rayonner

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s